• Accueil
  • ADOC 41
  • Cancer colorectal : le dépistage permet de guérir 9 cas sur 10
  • 41, Karine-Manon VAILLANT

Cancer colorectal : le dépistage permet de guérir 9 cas sur 10

Le cancer colorectal a touché 43 000 personnes et causé 17 500 décès en 2015 en France. Pourtant, s'il est détecté tôt, il se guérit dans 9 cas sur 10. Un chiffre à ne pas oublier, surtout que dépister ce cancer est désormais plus facile grâce au test immunologique. Simple, rapide et efficace, à faire chez vous, il peut vous sauver la vie.

« Vous avez plus de 50 ans ? Alors, il est temps de parler du dépistage du cancer colorectal avec votre médecin ».

Tous les deux ans, les femmes et les hommes âgés de 50 à 74 ans sont ainsi invités par courrier à consulter leur médecin traitant pour réaliser un test de dépistage. 

Le test immunologique de dépistage du cancer colorectal est indiqué pour les personnes dites « à risque moyen » pour lesquelles seul l’âge constitue un facteur de risque ; 95 % des cancers colorectaux apparaissent après 50 ans. Le médecin rappelle les enjeux, les limites, remet le test et explique comment le réaliser à domicile.

Après envoi au laboratoire, le médecin et le patient reçoivent les résultats. Dans 96 % des cas, aucune anomalie n’est détectée. Mais dans 4 % des cas, une coloscopie sera proposée. Elle permettra de détecter d'éventuelles lésions du côlon ou du rectum et, si c'est le cas, de les traiter.

Un risque différent selon les personnes 

Cependant, il faut souligner que le risque d'être atteint d'un cancer colorectal n'est pas le même pour tous. C'est pourquoi il est important d'en parler avec votre médecin traitant. En fonction de vos antécédents personnels ou familiaux, il évaluera votre niveau de risques de développer ce type de cancer et vous orientera vers les modalités de dépistage ou de surveillance les mieux adaptées à votre situation.

Les personnes (même avant 50 ans) présentant des antécédents personnels ou familiaux de maladies touchant le côlon ou le rectum ou une symptomatologie évocatrice de ce cancer se verront ainsi proposer d’autres modalités de dépistage et de suivi.