• 37, Julie BOYARD

Le test Immunologique

Le dispositif de dépistage s'appuie aujourd'hui sur une stratégie en deux temps pour la population à risque moyen de cancer colorectal :

  1. le test de recherche de sang occulte dans les selles (test immunologique)
  2. en cas de positivité, la réalisation d'une coloscopie

Ce test de dépistage vous est remis par votre médecin traitant.

Il est gratuit, indolore et à faire chez soi.

Le test immunologique est simple d'utilisation : 1 seul prélèvement de selles.

test ouvert Medium

En pratique, le test est composé d'un tube et d'un bâtonnet. Il suffit de gratter les selles de manière à recouvrir la partie striée du bâtonnet. Puis, d'introduire le bâtonnet dans le tube.

Une fois le test effectué, il est à envoyer à un centre de lecture à l'aide de l'enveloppe préaffranchie fournie avec le kit de dépistage.

Le centre de lecture transmet ensuite les résultats du test au patient et à son médecin traitant.

Visionner le Mode d'emploi animé du test immunologique

Un test négatif (97 à 98% des cas) signifie qu'aucun saignement n'a été détecté. Mais il peut arriver que certains polypes ou cancers ne saignent pas au moment des prélèvements. Il est donc très important de refaire le test 2 ans plus tard et de surveiller les signes d'alerte dans l'intervalle : présence de sang dans les selles, troubles du transit d'apparition récente : diarrhée ou constipation inhabituelle ou alternance de ces deux troubles, douleurs abdominales inexpliquées et d'apparition récente, amaigrissement inexpliqué. Ces signes sans évoquer obligatoirement la présence d'un adénome ou d'un cancer colorectal, doivent conduire le patient à consulter son médecin traitant sans attendre le délai de 2 ans.

Un test positif (2 à 3 % des cas) ne signifie pas que l'on a un cancer : il indique que du sang a été détecté dans les selles. Pour en identifier l'origine, le médecin prescrit alors une coloscopie.

  • 37, Ken HAGUENOER

PRÉSENTATION DU DÉPISTAGE ORGANISÉ

Depuis 2010, deux structures de la région Centre mettent en place un Programme intégré de lutte contre le cancer du col de l’utérus. Il s'agit des structures du Cher (ADOC18) et de l'Indre-et-Loire (CCDC37).

L’axe principal de ce programme est la mise en place d’un dépistage organisé.


bote  lettre 2Étape 1 : Vous avez entre 25 et 65 ans et vous n'avez pas réalisé de frottis cervico-utérin dans les 3 années précédentes. Une lettre d'information vous sera envoyée par votre structure de dépistage pour réaliser un frottis cervico-utérin.

 


telephone01_nbÉtape 2 : Vous prenez rendez-vous avec le médecin traitant, gynécologue ou sage femme de votre choix.

 


consult mdecin 2 noir et blancÉtape 3 : Lors de la consultation, le professionnel réalise un examen gynécologique pour ausculter le col de l'utérus. Il effectue un frottis cervico-utérin qui sera ensuite adressé à un cabinet d'anatomo-cyto-pathologie. Le frottis est remboursé au taux habituel de la Sécurité Sociale (hors dépassement d'honoraires).

 


 bote  lettre 2Étape 4 : Les résultats de votre frottis sont envoyés chez vous, chez votre médecin traitant, gynécologue ou sage femme, ainsi qu'a votre structure de dépistage.

 


 Pour toute information complémentaire, parlez-en à votre médecin
ou nous contacter par téléphone.

 

 

 

 

 

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     
     
     

    L’auto-prélèvement vaginal (APV) est un nouveau test de dépistage du cancer du col de l’utérus. L'APV est une possible alternative au frottis pour les femmes qui ne réalisent pas cet examen. Pour le moment, les APV sont proposés dans le cadre d'études et ne sont donc pas disponibles sur demande.

    faqQu’est qu’un auto-prélèvement vaginal (APV)? Comment ça se passe ?

    Un APV consiste à récupérer, soi-même, quelques cellules au niveau du vagin par léger frottement à l’aide d’un écouvillon (grand coton-tige).

    faqDans quel cadre réaliser un APV ?

    Pour le moment, ce test a été validé par plusieurs études dont celles menées en Indre-et-Loire par le CCDC (APACHE-1 et APACHE-2). Il pourrait représenter une alternative au frottis cervico-utérin pour les femmes non dépistées pour le dépistage du cancer du col de l’utérus.

    faqQuel est le matériel nécessaire ?

    Il suffit d’un écouvillon (sorte de grand coton-tige dans un tube stérile en plastique).

    faqEst-ce que c’est risqué ?

    La réalisation d’un APV est sans risque. Ce test est très simple et non douloureux.

    faqQue devient cet APV ? Qu’est-ce que le test HPV ?

    Le prélèvement (APV) est analysé en laboratoire pour rechercher des papillomavirus. Les papillomavirus (ou HPV) sont une grande famille de virus dont certains peuvent être à l’origine du cancer du col de l’utérus ; on les appelle les papillomavirus à haut risque. En l’absence de traitement, ces infections peuvent parfois conduire au cancer du col de l’utérus.

    faqQue signifie un test HPV positif ? Que faut-il faire ?

    Cela ne signifie pas que vous avez un cancer du col de l’utérus mais qu’un papillomavirus à haut risque a été détecté.

    Dans ce cas, prenez rendez-vous auprès de votre médecin traitant ou gynécologue pour réaliser un frottis dans un délai de 3 mois (de préférence). Cet examen permettra de repérer d’éventuelles lésions du col de l’utérus.

    faqQue signifie un test HPV négatif ? Que faut-il faire ?

    Cela signifie qu’aucun papillomavirus à haut risque n’a été détecté. Ce résultat est rassurant ; toutefois nous vous rappelons qu’il est recommandé, de 25 à 65 ans, de réaliser un frottis cervico-utérin tous les 3 ans chez le professionnel de santé de votre choix (médecin généraliste, gynécologue ou sage femme).

    Le test de référence pour le dépistage du cancer du col de l'utérus demeure le frottis cervico-utérin.

    Il est recommandé aux femmes de 25 à 65 ans, vaccinées ou non, de réaliser un frottis tous les 3 ans, après 2 frottis annuels ne révélant pas d'anomalie.

    • 37, Ken HAGUENOER

    LA VACCINATION CONTRE LES HPV

     


    les papillomavirus humains (HPV) sont responsables de huit localisations de cancers: le col de l’utérus, l’anus, l’oropharynx, la vulve, le vagin, la cavité orale, le larynx et le pénis.

    CANCERS HPV FRANCE

    La vaccination anti-HPV est efficace contre les principaux virus HPV responsables de 70% à 90% des cancers du col de l’utérus. Elle est recommandée par la Haute Autorité de Santé (HAS) pour toutes les jeunes filles et, à partir de janvier 2021, pour tous les jeunes garçons, de 11 à 14 ans, avec un rattrapage vaccinal possible entre 15 et 19 ans. La vaccination est d’autant plus efficace qu’elle est pratiquée tôt, c’est-à-dire avant l’exposition au risque d’infection par HPV. Il est indispensable de respecter le schéma vaccinal pour bénéficier d’une protection maximale.

    Il est recommandé que toute nouvelle vaccination soit initiée avec le vaccin nonavalent Gardasil 9® selon le schéma vaccinal ci-dessous :

    Gardasil 9®

    Schéma vaccinal de référence

    Schéma vaccinal de rattrapage

    1ère injection

    Entre 11 et 14 ans

    Entre 15 et 19 ans

    2ème injection

    6-13 mois plus tard

    2 mois après la 1ère injection

    3ème injection

    4 mois après la 2ème injection

    Pour plus d'informations

    L’examen se fait en position gynécologique., Après avoir inséré un spéculum pour écarter les parois du vagin, le professionnel de santé prélève, par frottement léger, des cellules superficielles sur le col de l’utérus à l’aide d’une petite brosse. Ces cellules prélevées sont introduites dans un récipient qui sera envoyé au laboratoire pour analyse : examen cytologique ou détection de la présence du virus (test HPV).  Même si une gêne peut être ressentie, l’examen n’est pas douloureux et prend quelques minutes.

    appareil génital femme

    Le col de l’utérus se situe au fond du vagin, il correspond à la partie basse de l’utérus.

    OU REALISER LE TEST DE DEPISTAGE (CYTOLOGIQUE ET HPV) ?

    Le plus souvent le test de dépistage du cancer du col de l’utérus est réalisé au cabinet du médecin généraliste, du gynécologue ou de la sage-femme. Mais il peut également être réalisé dans certaines structures de soins (hôpitaux, centre de santé, laboratoires d’analyses avec une prescription médicale) et dans certains centres de prévention (centres d’examens de santé, centres de planification).

    NB : le frottis peut être réalisé par une sage-femme même en dehors de la grossesse et pendant la ménopause. Il n’est pas nécessaire d’avoir une ordonnance pour consulter une sage-femme. 

    Y-A-T-IL DES PRECAUTIONS A PRENDRE AVANT DE REALISER UN TEST DE DEPISTAGE ?

    Le test de dépistage CYTOLOGIQUE ou HPV ne doit pas être réalisé:

    Ü au moment des règles,

    Ü en cas infection locale,

    Un test de dépistage peut être réalisé lors d'une grossesse, sans risque d'infection ou de fausse couche.

    QUESTIONS - RÉPONSES

    faq"Je n'ai pas de boule dans le sein, je me sens bien, je dois quand même me faire dépister?" 

    OUI. Après 50 ans, même si on est en bonne santé, il est important de faire un dépistage du cancer du sein, tous les 2 ans.


    faq "Puis-je choisir mon radiologue?" 

     OUI. Vous choisissez votre radiologue parmi une liste de professionnels agréés. Il est probable que votre cabinet de radiologie habituel figure dans cette liste de radiologues qui répondent aux critères de qualité du dépistage organisé.

    faq"Me faire dépister, ça m'angoisse."

    Votre radiologue sait que que vous pouvez parfois ressentir une certaine appréhension. Il est à votre écoute et prendra soin de vous expliquer la manière dont va se dérouler l'examen. N'hésitez pas à lui faire part de vos interrogations et signalez lui toute gêne ou tout désagrément que vous pourriez ressentir.

    faq"Pourquoi le dépistage organisé ne concerne-t-il que les femmes de 50 à 74 ans?"

    C'est entre 50 et 74 ans que les femmes ont le plus de risques de développer un cancer du sein et que le dépistage est le plus efficace. En fonction de votre histoire personnelle, votre médecin peut vous proposer un suivi plus précoce ou après l'âge de 74 ans. On parle dans ce cas de dépistage "individuel".

    faq"La mammographie est-elle prise en charge à 100% par l'Assurance Maladie?"

    OUI. Dans le cadre du dépistage organisé, la mammographie est prise en charge à 100% sans avance de frais. Des examens complémentaires, comme une échographie, sont parfois nécessaires. Ces examens sont pris en charge dans les conditions habituelles, ce qui peut vous conduire à en régler une partie.

    faq"La mammographie est-elle un examen fiable?"

    OUI. La mammographie est l'examen de référence dans le dépistage des cancers du sein. Cependant, rarement, un cancer peut parfois passer inaperçu sur une mammographie : cancer débutant de petite taille, certains types de cancer. C'est pourquoi il existe une seconde lecture. A l’inverse, une mammographie peut déceler des lésions suspectes de cancer qui s’avèrent finalement être bénignes.


    faq"Ma première mammographie était normale.
     Est-ce nécessaire d'en refaire une dans 2 ans?"

    OUI.  Deux années suffisent au développement d'une anomalie. C'est pourquoi il est recommandé de réaliser une mammographie tous les 2 ans, quel que soit le résultat de la dernière.


     faq"Ce dépistage comporte-t-il des inconvénients?"

    OUI. Comme tout acte médical, le dépistage présente aussi des inconvénients. Ainsi, en l'état actuel des connaissances scientifiques, il n'est pas possible de distinguer les cancers qui vont évoluer, qui sont les plus fréquents, de ceux qui n'évolueront pas ou peu (10 à 20% des cancers détectés). C'est ce qu'on appelle le surdiagnostic. Par précaution, il est proposé de traiter l'ensemble des cancers diagnostiqués.


     

    Ce site internet ne contient pas de publicités. Des cookies sont cependant déposés sur votre ordinateur pour mesurer l'audience de notre site internet.