• 37, Ken HAGUENOER

LE DÉPISTAGE DU CANCER DU COL DE L'UTÉRUS

Le dépistage sert à repérer des anomalies du col de l’utérus à un stade où il est facile de les soigner ou de les retirer, le plus souvent avant même qu’elles ne se transforment en cancer. Plus l’anomalie est détectée tôt, plus les chances de guérison sont importantes. Le programme national de dépistage a pour objectifs de réduire le nombre de nouveaux cas de cancers du col de l’utérus et la mortalité liée à ce cancer, d’améliorer l’information ainsi que la qualité de suivi ou des soins. Il garantit à chaque femme un accès égal au dépistage du cancer du col de l’utérus sur l’ensemble du territoire et un niveau de qualité élevé. Il s’appuie sur les professionnels de santé assurant le suivi gynécologique des femmes concernées, principalement les gynécologues, les médecins traitants et les sages-femmes.

Ce dépistage, recommandé aux femmes vaccinées ou non, âgées de 25 à 65 ans, repose sur l’analyse d’un prélèvement au niveau du col de l’utérus. En fonction de l’âge, l’analyse de ce prélèvement par le laboratoire reposera soit sur la détection de cellules anormales (avant l’âge de 30 ans), soit sur la détection du papillomavirus (après 30 ans). Ce prélèvement doit être fait régulièrement (cf encadré ci-dessous).

En effet, avant 30 ans, les infections à HPV transitoires sont fréquentes mais notre organisme parvient à les éliminer naturellement dans la plupart des cas. En identifiant des infections qui auraient spontanément disparues, le dépistage par test HPV risquerait d’entrainer des examens et traitements inutiles comme des complications lors de grossesses ultérieures.

ê

ê

DE 25 à 29 ANS

Test de dépistage CYTOLOGIQUE

Tous les 3 ans

(après 2 tests normaux à 1 an d’intervalle)

Ce test de dépistage consiste à détecter la présence de cellules anormales au niveau du col de l’utérus.

DE 30 à 65 ANS

Test de dépistage HPV

Tous les 5 ans après un test normal

Ce test de dépistage consiste à détecter la présence du virus HPV dans les cellules du col de l’utérus.

 

Dans le cadre du programme de dépistage organisé, chaque femme âgée de 25 à 65 ans, n’ayant pas réalisé de test de dépistage (cytologique ou HPV) au cours des trois ou cinq dernières années selon son âge, est invitée par courrier du CRCDC à effectuer le test de dépistage en prenant rendez-vous chez le professionnel de santé de leur choix : médecin généraliste, gynécologue ou sage-femme.

Ü Sur présentation du courrier du CRCDC lors de la consultation chez le professionnel réalisant l’examen, l’analyse du test de dépistage (cytologique ou HPV) est prise en charge à 100% par l’Assurance maladie, sans avance de frais.

La consultation, à régler au professionnel, sera prise en charge dans les conditions habituelles (Caisse d’Assurance maladie et votre complémentaire santé).

Rappelons que chaque année en France, le cancer du col de l'utérus touche près de 3 000 femmes et cause environ 1 100 décès. Or, ce cancer peut être dépisté très tôt grâce à la réalisation d’un test de dépistage entre 25 et 65 ans. Ce test permet aussi de détecter des lésions précancéreuses afin de les traiter avant qu'elles ne se transforment en cancer.

Grâce à l’association du test de dépistage par frottis et de la vaccination, il est possible d’agir très précocement contre cette maladie, de la prévenir, voir à terme de l’éradiquer.

Ce site internet ne contient pas de publicités. Des cookies sont cependant déposés sur votre ordinateur pour mesurer l'audience de notre site internet.