• 37, Ken HAGUENOER

QUESTIONS - RÉPONSES

"JE N'AI AUCUN SYMPTÔME, JE ME SENS BIEN, DOIS-JE QUAND MÊME FAIRE CE DEPISTAGE" ?

OUI. Ce test permet de déceler des anomalies des cellules du col de l'utérus ou un HPV avant même l'apparition de symptômes. Entre 25 et 65 ans, il est important de faire un dépistage du cancer du col de l'utérus régulièrement.

"JE N'AI JAMAIS EU DE RAPPORT SEXUEL, DOIS-JE QUAND MÊME REALISER UN PRELEVEMENT AU NIVEAU DU COL DE L'UTERUS"?

NON. Il est nécessaire de faire un prélèvement pour toute femme de 25 à 65 ans ayant eu au moins un rapport sexuel dans sa vie.

LE FROTTIS A-T-IL ENCORE UN INTERET CHEZ LA FEMME APRES LA MENOPAUSE?

OUI. Les anomalies liées aux virus HPV évoluant lentement, il est important de poursuivre le suivi gynécologique après la ménopause.

FAUT-IL VOUS FAIRE DEPISTER SI VOUS ETES VACCINEE CONTRE LE VIRUS HPV ?

OUI. Vaccinée ou non, un dépistage régulier est nécessaire. En effet, la vaccination contre le virus HPV protège contre la plupart des virus responsables des cancers du col de l'utérus, mais pas contre tous.

La vaccination et le dépistage sont deux méthodes de prévention complémentaires du cancer du col de l’utérus

POUVEZ-VOUS VOUS FAIRE DEPISTER PENDANT LA GROSSESSE ?

Être enceinte n’empêche pas de faire un dépistage du cancer du col de l’utérus : il est possible d’en faire un soit lors du premier examen prénatal (généralement à 3 mois de grossesse), soit au cours de la visite post-accouchement. N’hésitez pas à en parler avec votre médecin généraliste, sage-femme ou gynécologue.

POURQUOI LE TEST HPV N’EST PAS RECOMMANDE CHEZ LES FEMMES DE MOINS DE 30 ANS ?

Chez les femmes de moins de 30 ans, les infections à HPV et les anomalies cellulaires transitoires sont fréquentes. La réalisation d’un test HPV chez ces femmes pourrait induire des examens et traitements inutiles pouvant entraîner un risque d’accouchement prématuré lors de grossesses à venir.

QUELLES PEUVENT ETRE LES CONSEQUENCES DE VOUS FAIRE DEPISTER PLUS FREQUEMMENT QU’AU RYTHME RECOMMANDE ?

Faire un dépistage plus souvent que le délai recommandé n’est pas efficace. Plus encore, il augmente le risque de fausses alertes (dépistage positif alors qu’il n’existe pas de lésion du col de l’utérus). Chez les femmes jeunes en particulier, des dépistages trop rapprochés induisent des examens et des traitements inutiles pouvant entraîner un risque d’accouchement prématuré lors de grossesses à venir.

Pour rappel : les dépistages sont recommandés par test cytologique tous les 3 ans chez les femmes de moins de 30 ans et par test HPV tous les 5 ans à partir de 30 ans.

« J'AI EU UNE HYSTERECTOMIE, JE N'AI DONC PAS BESOIN DE FROTTIS. »

OUI et NON. Tout dépend du type d'intervention que vous avez eue. En effet, dans certains cas, on enlève le col de l'utérus (hystérectomie totale) et le frottis n'a plus d'intérêt. Dans d'autres cas, on conserve le col de l'utérus (hystérectomie partielle), et il faut donc continuer à réaliser des frottis.

SI LE RESULTAT DU TEST DE DEPISTAGE EST POSITIF (EXAMEN CYTOLOGIQUE ANORMAL OU TEST HPV POSITIF), QUE FAIRE ?

Si le résultat du test de dépistage est positif (examen cytologique anormal ou test HPV- positif associé à une cytologie anormale), consultez votre médecin qui vous indiquera les examens complémentaires nécessaires. Dans tous les cas, les examens de confirmation diagnostiques reposent sur la colposcopie, avec une éventuelle biopsie.

COMBIEN COUTE LE DEPISTAGE DU CANCER DU COL DE L’UTERUS ?

Tableau mis à jour avec les remboursements en fonction des spécialistes (site Ameli.fr)

Dans le cadre du dépistage du cancer du col de l’utérus, avec ou sans invitation du CRCDC-CVL, la consultation et le prélèvement (au niveau du col de l’utérus) sont à votre charge et sont remboursés par l’Assurance maladie dans les conditions habituelles et par votre complémentaire santé.

A titre d’exemple, la consultation et le prélèvement sont remboursés sur la base du tarif conventionné en secteur 1 (sans dépassement d’honoraire) comme indiqué ci-dessous :

PRATICIEN

TARIF CONSULTATION

TARIF Prélèvement (l’acte)

Tarif de remboursement

Montant remboursé

Sage-femme

25 €

12,46 €

70%

26,22 €

Médecin généraliste

25€

12,46 €

70%

26,22 €

Gynécologue

30 €

12,46 €

70%

29,72 €

Les montants indiqués sont ceux applicables aux assurés qui consultent dans le cadre du parcours de soins et tiennent compte de la participation forfaitaire de 1€ retenue sur chaque consultation.

Le prélèvement (cytologique ou HPV) est analysé par un médecin spécialiste, anatomo-pathologiste ou biologiste. Le tarif de l’analyse dépend du test et du mode d’entrée dans le dépisage comme indiqué ci-dessous :

 

Dépistage sur invitation du CRCDC-CVL

Dépistage sur proposition du professionnel de santé

Analyse du TEST CYTOLOGIQUE (25 – 29 ans)

Prise en charge à 100% par l’Assurance maladie (sans avance de frais)

17 €

Remboursés par l’Assurance maladie (70% pour le test cytologique et 60% pour le test HPV) et complémentaire santé dans les conditions habituelles.

Analyse du TEST HPV (30-65 ans)

27 €

 

 

COMBIEN COUTE LA VACCINATION CONTRE LE HPV ?

Le coût de chaque dose de vaccin (115,81€*) est pris en charge à 65% par votre caisse d’assurance maladie. Le reste est généralement remboursé par les organismes complémentaires. La vaccination peut être gratuite dans certains centres de vaccination, municipaux ou départementaux. Pour les personnes qui bénéficient de la couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C), la prise en charge est à 100% et sans avance de frais.

*tarif relevé sur Améli.fr

La vaccination ne protège pas contre toutes les infections à papillomavirus humains. Il reste donc nécessaire, chez les femmes de 25 à 65 ans, même si elles sont vaccinées, de réaliser des tests de dépistage.

 

Plus d’information sur Vaccination contre les HPV et Cancers

Ce site internet ne contient pas de publicités. Des cookies sont cependant déposés sur votre ordinateur pour mesurer l'audience de notre site internet.